Revues générales
1

Lorsque l’on pense au rajeunissement facial, la région malaire est d’une importance capitale et à ne pas sous-estimer. Les méthodes classiques de rajeunissement de cette région font appel au lifting centro-malaire et à la blépharoplastie inférieure avec la nécessité de procéder à une re-répartition des graisses, comme avec la technique de l’arcus marginalis.
De nos jours, les patients préfèrent les techniques peu invasives avec un temps de récupération court. Il est donc préférable de s’en occuper le plus tôt possible afin de proposer des traitements moins invasifs. Cet article est une mise au point de l’arsenal thérapeutique dont nous disposons actuellement. Il reprend les traitements médicaux et chirurgicaux.

Revues générales
0

L’explosion du nombre de chirurgies bariatriques ces dernières années a créé une nouvelle catégorie de patients pour le chirurgien plasticien. Cette population, souvent jeune et féminine, se trouve avec un excès de peau considérable qui gêne tant sur le plan esthétique que fonctionnel et psychologique.
La démarche du chirurgien bariplastique est réellement celle d’une reconstruction qui doit allierrestauration morphologique avec impact cicatriciel le plus acceptable possible. Au niveau du dos, les multiples bourrelets souvent présents représentent un vrai challenge à corriger et les techniques horizontales classiquement décrites sont insatisfaisantes chez un certain nombre de patients.
Nous proposons ici avec la thoracoplastie latérale une approche verticale, dont la rançon cicatricielle et l’efficacité sur les étages axillaire, thoracique, dorsal et abdominal nous semblent en faire une intervention essentielle à maîtriser pour le chirurgien plasticien confronté à cette population de patients.

Revue de presse
0

Alors que le cancer apparaît habituellement quand nos défenses immunitaires sont à la baisse, le lymphome anaplasique à grandes cellules associé à l’implant mammaire naît, quant à lui, suite à une surstimulation chronique du système immunitaire. Malgré sa rareté (dans le monde, 35 millions de porteuses d’implants, 573 cas signalés de LAGC-AIM, et 33 décès liés à un retard de diagnostic et de prise en charge), ce nouveau cancer est à l’origine d’un “buzz” qui renvoie à l’actualité. En effet, “la réflexion politique s’est mise au diapason de la frénésie médiatique et a imposé aux responsables sanitaires (haletants) une analyse (catastrophiste) et une philosophie (prudentielle)”, commente un journaliste parlant d’un “informavirus”.

À ce sujet, les chirurgiens et les scientifiques devraient respecter la diversité des opinions. Les enjeux sont importants et les décennies de connaissances accumulées démontrant l’innocuité et l’efficacité des implants mammaires en silicone sont en danger, nous devons donc nous unir, continuer d’innover et veiller à ce que la sécurité de nos patientes soit préservée.

Bonne lecture !

Revues générales
0

La médecine esthétique n’est pas une spécialité officiellement reconnue par le Conseil de l’Ordre mais elle est largement pratiquée. Le chirurgien plasticien doit se former dans ce domaine, où il est plus que légitime, et qui est complémentaire à l’activité de chirurgie plastique. La formation passe par la lecture de livres et d’articles scientifiques, le compagnonnage, les diplômes universitaires, les congrès, les sociétés savantes…

Revues générales
0

Alors qu’un site internet exclusivement réservé à la notation des médecins, à savoir le site MediEval4i, a été mis en ligne au mois d’avril 2019, comment savoir et reconnaître des propos de nature à porter atteinte à son e-réputation ? Simple opinion, avis négatif, faux avis, diffamation, injure ou dénigrement ? Quand est-on juridiquement à même de pouvoir agir et obtenir le retrait des propos ? Comment réagir face à de tels propos ? Comment la loi permet-elle de les supprimer et à quelles conditions ?

Revues générales
0

La lèvre parfaite a une transition visible entre le vermillon et la lèvre blanche, une belle forme en V de l’arc de Cupidon et une projection médiale du tubercule et du vermillon. Le ratio entre lèvre supérieure et inférieure est de 1:1,618. La lèvre supérieure idéale devrait dépasser la lèvre inférieure d’environ 2 mm en projection. Si on trace une ligne entre la pointe du nez et le menton, la projection des lèvres ne doit pas la dépasser.
La complication la plus redoutée est la nécrose cutanée ou muqueuse secondaire à une injection intravasculaire. L’injection d’acide hyaluronique des lèvres supérieures et inférieures doit être inférieure à 3 mm de profondeur, et dans la ligne séparant le vermillon de la lèvre blanche ou dans le vermillon. L’injection de la commissure doit être au moins à un travers de doigt de l’angle de la bouche. Tout ceci afin d’éviter une atteinte des pédicules vasculaires.
Les éléments esthétiques essentiels à traiter sont les suivants : la définition de l’ourlet du vermillon, le vermillon qui détermine la projection de la lèvre, le bord inférieur du vermillon qui détermine le volume d’augmentation des lèvres, le soutien structurel de la commissure et la redéfinition des crêtes philtrales.

Revues générales
0

La béance vulvaire est souvent secondaire à un défaut de cicatrisation d’épisiotomie ou à un diastasis du levator ani par amyotrophie. La colpopérinéorraphie postérieure, appelée également lifting vulvo-vaginal, constitue l’intervention de référence pour la béance vulvaire. L’objectif est de rétrécir l’introïtus par rapprochement musculaire. Nous décrivons dans cet article les différentes étapes de la technique chirurgicale.

Revues générales
0

La dyschromie dentaire est définie par une altération de la couleur de la dent. La blancheur des dents est un critère de beauté primordial du sourire et du visage et reflète une bonne hygiène buccale, signe d’une appartenance à un niveau socio-économique favorable.
Les dyschromies dentaires peuvent être soit primitives, soit secondaires aux différents traitements à effectuer au niveau de la cavité orale comme la chirurgie orthognatique, les blocages maxillo-mandibulaires, la radiothérapie en oncologie tête et cou ou, plus fréquemment, les nombreux bains de bouche. Le chirurgien plasticien et maxillo-facial doit donc être informé et éduqué à la prise en charge d’un tel symptôme à une époque où les techniques de blanchiment dentaire sont en pleine expansion et admises par la société.
Le but de ce travail était d’analyser les différentes techniques de traitement des dyschromies dentaires en fonction de leur cause, afin de pouvoir informer et adresser les patients vers les professionnels du blanchiment dentaire les plus adéquats.

Revue de presse
0

Le choix du premier article concernant l’abdominoplastie chez les patients obèses est volontaire. En effet, certains d’entre nous essuient un refus médical (et non administratif) à leur demande d’accord préalable (DAP). Le médecin conseil de l’Assurance Maladie conteste l’indication du chirurgien plasticien arguant qu’au-dessus d’un certain indice de masse corporelle (IMC), il n’est pas raisonnable d’opérer.
C’est vrai en général mais, dans certains cas particuliers, on peut contester cette décision et défendre sa position devant l’expert désigné, car seul le chirurgien plasticien connaît la situation de son patient. Si celui-ci ne peut plus perdre de poids, une intervention peut néanmoins améliorer sa qualité de vie, à condition que l’indication opératoire soit raisonnable et prise après une information claire sur l’augmentation des risques et des complications.
Cela dit, je vous livre cette première revue de littérature de l’année afin que vous puissiez rentrer en 2020 bon pied, bonheur !

Revues générales
0

La pratique des injections de la médecine esthétique a pris un essor considérable : augmentation d’année en année du nombre d’actes, développement de l’industrie des produits injectables et multiplication des formations et de formateurs (souvent désignés par les fabricants dans le cadre de leurs campagnes) visant le plus souvent à fournir aux jeunes praticiens des modes d’emploi, selon des approches et des philosophies plus ou moins disparates.
Cet article, au contraire, ne donne aucune “recette” sur les sites et les quantités à injecter. L’essentiel est de préparer le geste en visualisant mentalement ce que l’on veut obtenir, puis de l’effectuer avec la meilleure technique possible. La maîtrise technique et conceptuelle en médecine esthétique doit pouvoir directement bénéficier de l’expérience du chirurgien, l’analyse de sa gestuelle et la mise en application de certains principes de sa pratique.