Revues générales
0

Les brûlures massives restent encore aujourd’hui une pathologie complexe, potentiellement mortelle et nécessitant une prise en charge multidisciplinaire. Les centres de traitement des brûlés (CTB) sont des structures indispensables permettant une véritable synchronisation médico-­chirurgicale qui a, depuis de nombreuses années, prouvé son efficacité en termes de morbi-mortalité. En revanche et contrairement à de nombreuses spécialités, la “brûlologie”, sur son versant chirurgical tout du moins, s’est considérablement amoindrie avec la disparition d’une technique issue de l’ingénierie tissulaire : les cultures d’épidermes autologues (CEA).
Depuis 2014, les CTB ont donc dû adapter leurs stratégies de recouvrement cutané en remettant au goût du jour d’“anciennes” techniques comme celle des micro-greffes en pastilles. La recherche dans le domaine de la thérapie cellulaire et notamment sur les cellules stromales mésenchymateuses sont une formidable source d’espoir, sans pour autant permettre d’applications cliniques immédiates.

Revue de presse
0

À l’aube de 2021, j’espère que la campagne de vaccination contre la COVID-19 battra son plein et que la vie pourra commencer à revenir à la “normale”. En revanche, l’un des changements qui probablement perdurera concerne les conférences virtuelles. De nombreux groupes cependant – parmi lesquels les chirurgiens plasticiens – prospèrent grâce au contact de personne à personne (Nahai F. Does anybody really miss live meetings? Aesthet Surg J, 2021;41:137-139). Pourquoi sommes-nous différents ? Nous sommes des personnes très tactiles et celui qui rate l’occasion d’un dialogue animé et informel avec ses collègues a perdu une grande opportunité de développement professionnel. J’adore les réunions géantes et animées et la collégialité qui les accompagne. Alors, les réunions hybrides qui combinent un événement en direct avec des offres virtuelles pourront-elles constituer le futur ?
Il est parfaitement logique que les “règles” des présentations en direct diffèrent de celles des présentations virtuelles et les experts en e-learning suggèrent que les sessions de diffusion ne devraient pas dépasser 30 minutes. Personnellement, les réunions en direct me manquent, non seulement en tant que chirurgien pratiquant mais aussi en tant que personne engagée dans la défense de notre spécialité.

Revues générales
0

L’oncoplastie fait référence à l’adaptation des techniques de chirurgie plastique à la cancérologie mammaire. L’utilisation des techniques oncoplastiques a permis d’élargir les indications de traitement conservateur du sein à des tumeurs volumineuses et/ou à des seins de petit volume, tout en préservant une sécurité carcinologique. Ces techniques permettent d’augmenter les marges de résection et de limiter les séquelles esthétiques et fonctionnelles liées à la radiothérapie adjuvante.
Cet article est une mise au point sur les techniques d’oncoplastie dont le choix dépend de la localisation de la tumeur, du volume mammaire, du degré de ptôse mammaire, mais aussi et avant tout des habitudes et de l’expérience de chaque chirurgien sénologue.

Revues générales
0

La reconstruction en carcinologie des voies aérodigestives supérieures représente un véritable défi chirurgical du fait de la complexité de l’anatomie de cette sphère. Elle est multidisciplinaire, faisant intervenir des chirurgiens ORL, maxillo-faciaux et plasticiens. L’enjeu est à la fois fonctionnel du fait des trois fonctions majeures inhérentes à cette région anatomique que sont la respiration, la déglutition et l’élocution, et à la fois bien évidemment esthétique.
Cette chirurgie a connu d’importantes révolutions techniques ces dernières décennies, passant des seuls lambeaux pédiculés aux lambeaux libres composites de plus en plus complexes. Encore plus récemment, elle a bénéficié d’avancées en ingénierie permettant des modélisations préopératoires rendant les résultats de cette chirurgie encore plus précis. Le but final est le service rendu aux patients, d’autant plus que ces cancers de la sphère ORL touchent de plus en plus ces dernières années des patients jeunes voire très jeunes sans facteur de risque (carcinome épidermoïde de la cavité buccale) ou en lien avec des facteurs de risque viraux (carcinome épidermoïde de l’amygdale HPV-induit).

Revues générales
0

L’excision est définie comme l’ablation rituelle d’une partie du clitoris. Elle est classifiée par l’OMS parmi les mutilations sexuelles féminines (MSF). À l’échelle internationale, les MSF touchent 200 millions de femmes en vie aujourd’hui.
Le clitoris est un organe essentiel pour le bon déroulement du cycle sexuel féminin. Il a longtemps été un organe controversé et sa description anatomique n’a été complète que très récemment. On parle de complexe clitoridien constitué par le prépuce, le gland, le corps, le genou, les racines, les piliers, les bulbes clitoridiens et le ligament suspenseur du clitoris. Lors de la chirurgie clitoridienne, il existe un certain nombre de structures anatomiques et de zones dangereuses à bien connaître afin de ne pas endommager la fonction de cet organe.
Les motifs de consultation initiale dans le cadre de l’excision peuvent être variés. La réparation chirurgicale des mutilations sexuelles féminines se fait grâce à l’intervention de transposition du clitoris. La prise en charge optimale de ces femmes doit être globale tant sur le plan psychologique, sexologique, gynécologique que chirurgical et demande donc une équipe multidisciplinaire.

Revues générales
0

Les prothèses mammaires sont des dispositifs médicaux primordiaux dans l’offre de soins en reconstruction mammaire ainsi qu’en chirurgie esthétique. Le développement de ces prothèses depuis les années 1960 a été émaillé de nombreuses crises, la dernière liée à l’émergence du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires a conduit à l’interdiction des prothèses macrotexturées.
Aujourd’hui, de nombreux défis sont à relever pour la collecte et le partage transparent des données concernant les dispositifs implantés, afin d’améliorer continuellement nos pratiques et la sécurité des patientes.

Revues générales
0

Les auteurs ont étudié 511 dossiers de mise en cause à la suite de déclarations ou de plaintes auprès de Branchet, assureur de praticiens de la spécialité de chirurgie plastique et esthétique du “plateau lourd”. Ils en ont tiré une étude statistique qui met en lumière que les motifs de mise en cause, pour chacune des principales interventions de la spécialité, se répartissent en trois grandes catégories : les insatisfactions de résultat, pour la grande majorité ; les infections postopératoires, notamment en matière d’augmentation mammaire par implants ; les complications postopératoires, de loin les moins importantes. Il s’agit de dossiers qui ont fait l’objet soit d’une réclamation directe, soit d’une assignation en justice, les deux moyens équivalant toujours pour l’assuré à une déclaration de sinistre.
L’origine des mises en cause étant, pour une large majorité, un défaut d’information, il est important d’envisager une prévention en amont par une démarche claire, exhaustive et tracée dans le dossier.

Revue de presse
0

La télémédecine est depuis longtemps sur le radar des professionnels de la santé comme outil potentiel pour élargir l’accès aux soins médicaux et réduire les coûts. Puis vint la COVID-19. Par nécessité, la pandémie a hâté l’essor de la télémédecine ainsi que son acceptation par le public. Un article de F. Nahai dans Aesthetic Surgery Journal, Volume 40, numéro 9, septembre 2020 fait le point sur le sujet.
Les consultations vidéo en ligne offrent aux patients de vous rencontrer sans avoir à parcourir une longue distance. Il en résulte des économies de temps et d’argent, au profit du patient. En tant qu’outil de suivi post-traitement, les consultations en ligne peuvent jouer un rôle important dans le diagnostic rapide des complications. Le suivi à long terme peut également être facilité, surtout lorsque les patients vivent loin du cabinet de leur chirurgien ou ont des horaires extrêmement chargés. Pour toutes ces raisons, l’option de téléconsultation, bien qu’elle ne soit pas appropriée dans toutes les situations, peut être utile et très précieuse pour de nombreux patients.
En raison de la COVID-19, les restrictions médico-légales ainsi que le remboursement de la télémédecine ont été assouplis. Compte tenu de l’évolution des attitudes d’aujourd’hui à l’égard de la télé­santé, cette expérience pour les patients consultés en ligne peut générer des avantages et stimuler la croissance de notre pratique.

Revues générales
0

La reconstruction par lambeau libre présente un risque plus important d’échec que les autres types de reconstruction. Le vert d’indocyanine (ICG) est un colorant fluorescent permettant d’analyser la perfusion tissulaire. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats préliminaires de l’angiographie ICG dans les procédures de lambeaux libres.
Parmi les 12 patients inclus, l’intervention chirurgicale a été modifiée pour 8 patients en fonction des résultats de l’angiographie peropératoire (dessin de la palette, tracé des ostéotomies, placement des sutures, réfection des anastomoses). L’angiographie par fluorescence ajoutait en moyenne 10 minutes au temps chirurgical. De plus, cette technologie est utile en postopératoire pour la surveillance de la perfusion des lambeaux afin d’améliorer leur réussite.

Revues générales
0

Le lifting de la lèvre supérieure est une intervention ancienne qui connaît un regain d’activité car lui seul peut apporter un résultat permanent sur l’allongement de la lèvre naturellement observé au cours du vieillissement, au prix une cicatrice discrète.
La technique traditionnelle consiste en une résection sous-narinaire continue d’une aile à l’autre, mais nous préférons éviter la résection sous-columellaire chaque fois que possible. La résection cutanée ou graisseuse doit être d’emblée généreuse, elle peut être conservée après désépidermisation sur un pivot vasculaire interne pour confectionner un lambeau de restauration philtrale “en moustache”. L’intervention est facile sous anesthésie locale mais elle n’agit pas sur les ridules verticales qui doivent être traitées séparément par un resurfacing. Si la lèvre est naturellement très mince, la résection se portera sur la jonction cutanéomuqueuse.
La seule complication de cette intervention tient à la qualité de la cicatrice finale et son indication doit donc être mesurée chez les sujets très jeunes.

1 2 3 39