Films
0

Ce film présente une otoplastie selon la technique de Jost. Cette technique, peu décrite dans la littérature, utilise des chondrotomies désolidarisant complètement l’anthélix de l’hélix et de la conque, levant ainsi les ressorts cartilagineux. L’anthélix est aussi affaibli par des striations à la lame froide. Aucune suture n’est réalisée pour maintenir la plicature de l’anthélix. Cette technique, bien que plus longue qu’une technique plus classique dérivée de Stentrom, est très fiable et nous l’utilisons en première intention pour toutes nos otoplasties. Elle est aussi particulièrement utile pour la prise en charge des récidives des techniques utilisant des sutures pour maintenir la plicature de l’anthélix.

Esthétique
0

La demande de mise en place d’implants dans la région fessière est en nette augmentation.
A travers une étude portant sur 328 cas et un recul de 9 ans, l’auteur présente les résultats d’une technique fiable d’augmentation fessière par implants intramusculaires. Puis, après un rappel des différentes solutions chirurgicales actuellement utilisées et des différents morphotypes des patients, il propose une stratégie chirurgicale adaptée à chaque cas.

Face
0

L’exentération orbitaire est une technique chirurgicale défigurante qui impose une reconstruction réfléchie.
Vingt-six patients ont été opérés et 27 exentérations réalisées depuis 1998. La réparation fut effectuée dans 20 cas par lambeau de muscle temporal homolatéral. Dans 1 cas, un lambeau de fascia temporalis a été utilisé et dans 6 cas des lambeaux libres. Onze patients ont bénéficié d’une radiothérapie complémentaire. Le recueil des données a permis de retrouver 6 patients porteurs d’épithèse. Les épithèses étaient soit collées, soit montées sur lunettes.
Nous distinguons 2 cas : le premier où une radiothérapie adjuvante est envisagée et pour lequel une couverture par lambeau est impérative ; le second sans radiothérapie adjuvante, où le délai de cicatrisation peut être prolongé au profit d’un plus grand espace de rétention permettant une meilleure réhabilitation prothétique.

Face
0

La greffe capillaire permet d’apporter une solution esthétique et définitive à la plupart des calvities. Le principe de cette technique consiste à utiliser des unités folliculaires de 1 à 3 cheveux. L’implantation de 1 000 à 3 000 implants par séance de greffe de cheveux assure la finition d’une ligne pilaire ou la densification d’une surface chauve plus ou moins étendue.
Ce procédé, basé sur l’implantation d’unités folliculaires de 1 à 3 cheveux, cherche à recréer l’émergence naturelle des cheveux à travers chaque orifice pilosébacé et évite l’aspect inesthétique en “cheveux de poupée”.

Billet d'humeur
0

Une revue qui aborde de façon pratique les difficultés du quotidien. C’est un peu l’impression qu’on a après la lecture du premier numéro de Réalités en Chirurgie Plastique. Un trait d’union entre des spécialistes renommés et les plus jeunes, de l’interne au chef de clinique qui va s’installer, et dont l’exercice quotidien sera facilité par des articles à visée pratique mais bien étayés, à la bibliographie restreinte mais très utile.

Editorial
0

Le premier numéro de Réalités en Chirurgie Plastique a reçu de votre part un accueil enthousiaste et nous vous en remercions. Les messages positifs et les encouragements que vous nous avez adressés nous motivent à améliorer encore davantage la qualité de la Revue.

Esthétique
0

La réinjection de tissu graisseux autologue a des propriétés volumatrices et trophiques. Cette technique a été codifiée par Sydney Coleman. La micro-réinjection est une évolution de la technique. Le prélèvement est réalisé par des canules de 14 G ou 2 mm, avec des orifices de moins de 1 mm, permettant de prélever des lobules graisseux d’environ 600 microns. Les canules de réinjection font 21 G ou 0,8 mm. Cette technique est atraumatique, peu invasive et a de nombreuses indications en chirurgie esthétique et réparatrice de la face.

Sein
0

La reconstruction mammaire immédiate (RMI) permet de diminuer les séquelles psychologiques et affectives de la mastectomie tout en offrant une sécurité carcinologique identique,sous réserve d’une sélection des patientes en RCP. Ses trois indications principales sont les récidives après traitement conservateur, les mastectomies prophylactiques et les carcinomes intracanalaires étendus.La RMI reste cependant plus difficile à mettre en œuvre, car elle fait appel à une expertise spécifique et nécessite un temps de réflexion pour la patiente et les équipes. Or ces décisions sont prises dans un contexte d’urgence relative, ce qui nécessite donc un circuit bien rodé.

Face
0

Même si leur intérêt était connu depuis longtemps, les techniques de suture en rhinoplastie se sont considérablement développées ces vingt dernières années, en partie grâce à la démocratisation de la voie externe. Aujourd’hui, ces techniques sont très couramment utilisées et sont suffisamment fiables pour un contrôle de la forme et de la position des cartilages alaires.
Voici une liste des différents types de sutures dont dispose le chirurgien. Pour chacune d’elles, l’auteur décrit comment procéder et les résultats qu’un type de suture entraînera sur la forme de la pointe du nez.