Revues générales

Revues générales
0

Depuis 5 ans, un grand enthousiasme est né au sein de la communauté onco-dermatologique, proportionnel au nombre de publications parues sur le mélanome, et renforcé par la place croissante occupée par l’immunothérapie dans les congrès majeurs d’oncologie. Ainsi, 7 agents ont obtenu une AMM dans le mélanome métastatique depuis 2011…

Revues générales
0

La place des tests génétiques s’accroît d’année en année dans tous les domaines. Beaucoup de ces analyses ont quitté le monde de la recherche pour intégrer la pratique courante. La cancérologie, notamment gynécologique, en est un exemple frappant.
Les deux prédispositions principales, contribuant à l’augmentation des risques de cancer gynécolo-gique, sont les mutations de BRCA1 ou BRCA2 (qui augmentent le risque de cancer du sein et de l’ovaire) et le syndrome de Lynch, associant principalement un risque de cancer de l’endomètre, de l’ovaire et du côlon. Dans de plus rares cas, d’autres gènes peuvent être impliqués (TP53…).
Il est important de bien identifier les patientes concernées, dans la mesure où la mise en évidence d’une prédisposition a des conséquences majeures sur la prise en charge familiale, mais désormais également sur certains traitements.

Revues générales
0

Les mutilations sexuelles féminines, ou excision, restent une tradition dans certaines ethnies, pas seulement africaines. De nombreux textes de loi ont été rédigés pour faire disparaître ces pratiques, à l’étranger comme en France. Ainsi, tout professionnel de santé amené à prendre en charge des femmes excisées, ou des fillettes susceptibles de l’être, doit être informé des moyens de signale-ment, de protection, de prévention et de prise en charge spécialisée.

Revues générales
0

Cette année 2015 a réellement été riche en nouveautés dans le domaine dermatologique, qu’il s’agisse de pathologies a priori de niches (en fait souvent très sous-estimées en termes d’incidence) comme l’hyperhidrose axillaire – qui pourra dorénavant bénéficier d’un traitement durable, voire définitif, par micro-ondes courtes…

Revues générales
0

L’année qui vient de s’écouler a été marquée, en dermatologie esthétique, par un souci de bien répertorier et d’éviter les accidents thérapeutiques, en particulier les plus graves, liés à l’injection intra-artérielle accidentelle de fillers et à leur embolisation rétrograde vers l’artère ophtalmique ou la carotide interne…

Revues générales
0

La reconstruction mammaire immédiate (RMI) au cours d’une mastectomie a apporté la preuve d’une amélioration du bien-être physique et psychologique des patientes lors de la période postopératoire.
L’objectif de cette étude était d’étudier les facteurs quantitatifs susceptibles d’expliquer le taux actuel de RMI (40 à 50 % des mastectomies pour carcinomes canalaires in situ), afin d’en élargir les indications.

Revues générales
0

Le traitement chirurgical des tumeurs malignes de la lèvre inférieure repose sur les principes de conservation de la fonction et du remplacement de la lèvre par la lèvre. Après réalisation d’un bilan clinique et paraclinique d’extension et de recherche de cancers synchrones, la reconstruction est fonction de la taille et de la localisation de la perte de substance prévisible. Nous avons tenté de résumer dans cet article les principaux lambeaux et techniques disponibles en fonction de la taille et de la localisation de la perte de substance labiale. Dans tous les cas, l’impératif carcinologique doit prévaloir.

Revues générales
0

Le vieillissement du regard est secondaire à la dynamique musculaire de cette zone ainsi qu’aux variations de volume du tissu adipeux. La toxine botulique de type A, par sa capacité à bloquer la contraction musculaire, permet de réguler cette balance musculaire au niveau du regard.
Cet article, au travers d’études retrouvées dans la littérature, a pour but de montrer qu’il est primordial de réaliser une analyse fonctionnelle précise du regard ainsi que de connaître l’anatomie musculaire de cette zone pour pouvoir être efficace et non délétère.
La toxine botulique de type A permet de travailler sur les rides de la glabelle (rides verticales, horizontales…), les rides de la patte d’oie, les rides frontales mais également de positionner le sourcil ou le canthus externe.
Les points d’injection pour traiter ces rides sont définis par l’anatomie musculaire et sont importants à connaître.

Revues générales
0

La déviation de la cloison chez l’enfant est une pathologie fréquente. Non prise en charge, elle peut avoir tendance à s’aggraver jusqu’à modifier la croissance faciale. L’obstruction nasale chronique qu’elle génère est également responsable de pathologies associées, otitiques et malformatives. Il est important d’en faire le diagnostic clinique en s’aidant d’éléments objectifs comme la rhinomanomé-trie et l’imagerie.
La chirurgie septale de l’enfant a toujours été discutée en raison des risques pris sur la croissance faciale ; néanmoins, elle reste primordiale devant les enjeux cités plus hauts. Pour être le moins inva-sif possible, elle doit être réglée en “temps” par rapport aux périodes de croissance (à partir de 6-7 ans) mais aussi dans “l’espace”, avec des corrections minutieuses et des balises anatomiques à con-naître, une des plus importantes étant le respect du fourreau mucopérichondral.

Revues générales
0

Les fosses nasales ne sont pas des conduits inertes, mais ont de nombreux rôles physiologiques. Les cornets inférieurs jouent un rôle capital.
Les étiologies d’obstruction nasale liée aux cornets inférieurs varient en fonction de l’âge, et leur symptomatologie est très variable : d’une simple gêne chez l’adolescent à une obstruction engageant le pronostic vital chez le nouveau-né.
Une indication de turbinoplastie inférieure ne peut être posée qu’après l’échec d’un traitement mé-dical adapté, bien conduit, et après un bilan morphologique par scanner.
Les rhinites allergiques chez le grand enfant et l’adolescent, et la rhinite néonatale obstructive chez le tout-petit, sont les deux principales indications.