Auteur Niddam J.

Service de Chirurgie Plastique et Maxillo-Faciale, CHU Henri Mondor, CRÉTEIL.

Silhouette
1

Le taux de satisfaction des patientes concernant leur sein après reconstruction mammaire par DIEP est très élevé, comme l’attestent de nombreuses études. Cependant, aucune étude n’a analysé la satisfaction des patientes concernant les résultats esthétiques abdominaux au cours de cette procédure.
Nous avons donc évalué cette satisfaction en incluant les patientes opérées d’une reconstruction unilatérale par DIEP dans notre service sur 3 ans. Un questionnaire, basé sur une échelle de type Likert, leur a été remis lors d’une consultation de contrôle. Lors de cet entretien, différentes mesures ont également été prises.
50 patientes ont répondu à notre questionnaire lors d’une consultation, avec un recul minimal de 6 mois. Concernant la satisfaction globale, seuls 52 % des patientes étaient satisfaites du résultat esthétique de leur ventre. Les raisons d’insatisfaction les plus fréquentes étaient liées à la présence d’oreilles latérales, d’excédent cutanéo-graisseux résiduel, ou en rapport avec une cicatrice horizontale disgracieuse. 34 % des patientes ont avoué préférer leur abdomen avant l’intervention. La distance fourchette vulvaire-cicatrice était en moyenne de 10,6 cm.
En conclusion, nous pensons qu’il est nécessaire d’insister en préopératoire sur le fait que l’abdominoplastie réalisée au cours d’un DIEP n’est en aucun cas une plastie abdominale esthétique, et ne pas la promouvoir ou la considérer comme un bénéfice secondaire de l’intervention. Lors de ce type de reconstruction, l’abdomen doit être considéré comme un site donneur de lambeau, au même titre que le dos, ou la face interne des cuisses par exemple.

Cas Cliniques
2

Nous présentons ici le cas d’un patient de 62 ans envoyé par son dermatologue de ville pour un carcinome basocellulaire de la pointe du nez. L’exérèse de la lésion et la reconstruction de la perte de substance ont été réalisées dans le même temps opératoire sous AG. Le diamètre de la perte de substance avec les marges de sécurité était de 21 mm.

Films
0

Ce film présente deux techniques de préparation des vaisseaux mammaires internes. La première, dite « classique », où l’abord du cartilage costal se fait après incision du muscle grand pectoral le long de ses fibres. La deuxième technique aborde le plan costal en désinsérant le grand pectoral de ses insertions sternales, offrant un plus grand jour au chirurgien.