Auteur Bersand G.

Médecine Anti-âge, NICE.

Revues générales
0

La trophicité cutanée et le processus de cicatrisation sont sous influence hormonale.
Les hormones sexuelles et surtout le rapport œstrogène/testostérone, IGF1, le cortisol, la vitamine D sont à évaluer en première intention si un trouble de trophicité cutanée ou un retard de cicatrisation sont à craindre.
Insulinémie, s-DHEA, TSH/TRH seront évalués dans les cas plus complexes.
L’adjonction de ces hormones aide au processus de cicatrisation et peut être proposée si besoin.