Plasma riche en plaquettes en France en 2019 : de la préparation à l’utilisation dans la prise en charge de l’alopécie

0

Les plaquettes sanguines : un réservoir de molécules bioactives

Les plaquettes sanguines ou thrombocytes sont les plus petits éléments figurés du sang. Ce sont des cellules dépourvues de noyau en forme de lentille biconvexe ellipsoïde, d’un diamètre de 1,5 à 3 µm et d’un volume moyen d’environ 8 fL. Elles circulent à une concentration de 150 à 400 G/L chez un individu sain et leur durée de vie est comprise entre 7 et 10 jours.

Pendant longtemps, et depuis leur définition morphologique et la description de leurs fonctions d’adhésion et d’agrégation par Bizzozero en 1881, le rôle essentiel des plaquettes a été celui qu’on leur connaît classiquement dans l’hémostase : arrêter le saignement dû à une lésion vasculaire. Pourtant, ces dernières années, la description de leur implication dans d’autres processus physiologiques n’a cessé de croître. Une des caractéristiques des plaquettes est d’assembler un nombre très important de molécules différentes. L’origine a classiquement été considérée comme double, à la fois héritée du précurseur plaquettaire (mégacaryocyte) présent dans la moelle osseuse mais aussi absorbée à partir de l’environnement sanguin et en particulier plasmatique. En 2010, on dénombrait plus de 1 100 protéines différentes contenues dans les plaquettes ou à leur surface qui avaient été identifiées, faisant des plaquettes un immense réservoir de molécules bioactives. Parmi ces dernières, les facteurs de croissance plaquettaires constituent le véritable “principe actif” du PRP (plasma riche en plaquettes).

Le terme “facteurs de croissance” regroupe un grand nombre de polypeptides impliqués non seulement dans les phénomènes de croissance cellulaire mais aussi dans d’autres processus
physiologiques importants, notamment dans la cicatrisation. Ces facteurs de croissance coordonnent les différentes étapes par des interrelations complexes et ce à des concentrations très faibles, de l’ordre du picogramme – du moins in vitro. La dénomination des facteurs[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Département de Culture et Thérapie Cellulaire, Hôpital de la Conception, MARSEILLE.

Laisser un commentaire