Carboxythérapie ou injection sous-cutanée de CO2 en traitement des cernes colorés

0

Le cerne est un trait d’expression retrouvé fréquemment dans la population [1]. L’apparition des cernes, causée par le vieillissement physiologique du visage, affecte les hommes et les femmes de tout âge et constitue souvent une préoccupation esthétique importante par l’aspect de fatigue qu’ils apportent au regard. De plus en plus, la correction esthétique des cernes est un motif de consultation, avec une tendance au départ féminine qui s’étend progressivement chez les hommes [2].

On distingue plusieurs types de cerne : le cerne creux, la poche graisseuse et la coloration [3]. Chaque type fait l’objet d’un mode de prise en charge différent. Alors que le traitement des cernes creux, par l’injection d’acide hyaluronique, et celui des poches graisseuses, par la prise en charge chirurgicale, sont désormais bien connus et leurs pratiques répandues, très peu de thérapeutiques sont efficaces à ce jour concernant les cernes colorés.
La faible épaisseur du tissu cutané constitue la raison principale de la peau plus sombre autour des yeux. En effet, au fur et à mesure que la peau vieillit, la couche lipidique sous les yeux s’affaisse et se gonfle, créant des ombres et rendant ainsi cette zone plus sombre. Une seconde cause fréquemment retrouvée est la pigmentation excessive de la peau. Le challenge consiste en une prise en charge globale des cernes dont l’amélioration de la coloration cutanée, pour laquelle les injections d’acide hyaluronique seules n’ont pas démontré une efficacité.

La carboxythérapie

La carboxythérapie consiste en une injection de dioxyde de carbone (CO2) sous-cutanée. Le CO2 injecté crée un stress hypercapnique qui augmente la pression transcutanée en oxygène
(tc-PO2) grâce à trois phénomènes :
– une augmentation du débit sanguin capillaire ;
– une réduction de la consommation d’oxygène cutanée provoquée par l’effet vasodilatateur du CO2 ;
– l’effet Bohr ou l’augmentation de la dissociation de l’oxygène de l’hémoglobine en présence de dioxyde de carbone [4].

Le stress hypercapnique entraîne également une augmentation du flux sanguin et des facteurs de croissance, tels que le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) qui stimule la production de nouveaux vaisseaux sanguins, de collagène et d’élastine. Cette technique est actuellement utilisée dans le domaine esthétique pour le rajeunissement facial et, hors recommandations, pour le traitement de la panniculite œdémateuse fibro-scléreuse (cellulite)[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Chirurgie plastique
et maxillo-faciale,
CHU Henri Mondor, Créteil.

Département de Chirurgie gynécologique, Centre Oscar Lambret, LILLE, Département de Chirurgie plastique, reconstructrice, esthétique et maxillo-faciale, Hôpital Henri Mondor, CRÉTEIL.

Service de Chirurgie plastique et reconstructive Hôpital Henri Mondor, CRETEIL.

Chef du Service de chirurgie plastique et maxillo-faciale, Hôpital Henri Mondor, CRÉTEIL.

Laisser un commentaire