Les défauts usuels après lifting

0

Il n’y a pas un mais des liftings ! Chacun de ces gestes opératoires comporte des dessins particuliers en fonction de chaque auteur spécifique, des décollements sous-cutanés plus ou moins poussés, un geste sur le Smas (système musculoaponévrotique superficiel) plus ou moins développé, un geste éventuel sur les muscles peauciers ou sur l’os hyoïde ou sur les boules de Bichat, un dégraissage aux ciseaux ou par liposuccion, des lipofillings volumateurs différents d’un opérateur à l’autre. Ces gestes peuvent déclencher des complications, des insuffisances ou des excès postopératoires, et leur combinaison peut davantage accentuer ce qui peut apparaître au patient comme une complication dont il n’aurait pas été informé, à ses dires, ce qui est actuellement le point le plus négatif en matière de contrat de bonne santé entre patient et chirurgien.

C’est pourquoi il est apparu plus agréable de traiter cet article, non pas comme une énumération énervante (et qui ne sera jamais complète) de toutes les complications observables après un lifting, mais plutôt de diviser ces complications en plusieurs thèmes dont le discriminatif est : la faute à qui ?

Mais, point essentiel, l’information qui est délivrée au patient se doit d’être exhaustive, exempte de toute manipulation, et si possible accompagnée d’un schéma avec les mentions des principales complications et de leur fréquence, schémas dont on conservera le double au cas où : plus facile à dire qu’à faire !

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Chirurgien, PARIS

Laisser un commentaire