Technique chirurgicale du lambeau chimérique perforant scapulo-dorsal pour la reconstruction maxillaire

0

Une des particularités de la chirurgie réparatrice de l’extrémité céphalique repose sur la variabilité et la complexité architecturales des structures qui la composent. Il n’est pas rare, notamment en chirurgie carcinologique, de devoir réaliser une exérèse large souvent pluritissulaire qu’il faudra, dans un même temps chirurgical, reconstruire par l’apport de différents tissus pouvant provenir soit de sites donneurs multiples, soit idéalement d’un site donneur unique.

Il existe différents lambeaux ostéo-musculo-cutanés ou ostéo-fascio-cutanés comme les lambeaux de fibula, de crête iliaque, antibrachial avec le radius ou brachial externe avec l’humérus. Mais le lambeau scapulo-dorsal est le seul à pouvoir, à partir d’un site donneur unique, apporter une hétérogénéité tissulaire en quantité suffisante et avec des pédicules vasculaires indépendants et suffisamment longs pour permettre la reconstruction souvent complexe des pertes de substances de l’étage moyen de la face.

Son origine remonte à la description du lambeau pédiculé, au début du XXe siècle par Tanzini, puis libre de grand dorsal en 1977 [1] et 1978 [2] ; du lambeau libre ostéo-cutané de scapula en 1986[3] ; du lambeau chimérique ostéo-fascio-myo-cutané scapulo-dorsal en 1994[4] et enfin du lambeau perforant fascio-cutané de grand dorsal en 1995 [5].

Le lambeau chimérique perforant scapulo-dorsal s’inscrit dans la continuité des descriptions anatomiques des lambeaux scapulo-dorsaux. Son nombre important de déclinaisons possibles permet de s’adapter, au plus près, aux pertes de substances maxillofaciales. La préservation du muscle grand dorsal permet de limiter les séquelles fonctionnelles du site donneur.

Bases anatomiques

Le muscle grand dorsal (ou latissimus dorsi) prend ses origines au niveau des apophyses épineuses de la 6e vertèbre thoracique jusqu’à la 5e vertèbre lombaire et du fascia thoraco-lombaire situé entre la crête sacrée et le tiers postérieur de la crête iliaque. Son trajet, oblique vers le haut, l’avant et le[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Chirurgie Cervico-Faciale, IGR, VILLEJUIF

Laisser un commentaire