Rajeunissement du regardet toxine botulique de type A : que pouvons-nous faire ?

0

Le regard se situe au niveau d’une zone frontière, entre le tiers supérieur du visage et le tiers moyen. Sa prise en charge nécessite un examen minutieux pour comprendre le vieillissement de celui-ci et pour adapter son traitement thérapeutique. Il est nécessaire de prendre en charge des zones telles que les fosses temporales ou le sillon palpébromalaire, car le regard s’inscrit dans un ensemble de zones anatomiques diverses.

Le vieillissement fronto-orbito-palpébral est essentiellement dû à la dynamique musculaire de cette zone. Le relâchement de la galea apeunoreutica, ainsi que le poids du sourcil et du coussinet de Charpy, entraînent une ptôse du front et du sourcil. Tous ces mécanismes sont à l’origine de l’apparition de rides d’expression au niveau de la glabelle, de la patte d’oie… La forme et la position du sourcil sont aussi des marqueurs du vieillissement du regard, et il conviendra  de les corriger si possible. En général, la paupière supérieure devient plus lourde avec une accentuation des poches palpébrales (poche interne surtout), lesquelles sont moins maintenues par le septum orbitaire qui perd de sa tonicité avec le vieillissement (formation de hernies graisseuses). Cependant, dans certains cas, l’involution adipeuse des loges graisseuses de la paupière supérieure entraîne une squelettisation de l’orbite avec un aspect d’œil creux.

Cette chute du sourcil, combinée à la ptôse de la paupière supérieure, limite progressivement le champ visuel et provoque une contraction réactionnelle du muscle frontalis, notamment du côté de l’œil directeur, avec une asymétrie de la hauteur des sourcils et des rides frontales. La fente palpébrale se rétrécit du fait de l’hypertonie réactionnelle et de la moindre relaxation au repos des fibres du muscle orbiculaire palpébral, donnant l’impression d’un œil plus petit, moins ouvert avec l’âge. Au niveau de la glabelle, les rides verticales (ou rides du lion) sont provoquées par la contraction répétée du corrugator et les rides horizontales par celle du procerus. Au niveau temporal, des rides radiaires et perpendiculaires au[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

CHU, Nice Côte d’Azur

Laisser un commentaire