Lasers non ablatifs fractionnés : joindre l’utile au “presque agréable” ?

0

Pour tous les déçus des lasers non ablatifs, ou pour les frileux des lasers ablatifs fractionnés, les lasers non ablatifs fractionnés (NAFL, nonablative fractionnal laser) devaient être une solution. Il faut ne pas se tromper, ils n’ont rien à voir, en termes de gestion et de résultat, avec les derniers cités. Et pourtant, depuis que le premier appareil, Fraxel®, est apparu sur le marché, on ne cesse de leur trouver de nouvelles indications en dehors du remodelage collagénique.

La plupart des appareils émettent entre 1410 et 1 565 nm sous forme de micropoints leur conférant ce caractère fractionné. Ils ont surtout la particularité d’être non ablatifs, de franchir l’épiderme sans “l’abîmer” et d’atteindre le derme jusqu’à des profondeurs admises de l’ordre de 1 500 microns. Ils peuvent, en outre, être utilisables sur tous les types de peau, les plus foncées comme les plus réactives [1, 2].

À l’origine, on pensait que cette nouvelle génération d’appareils pourrait rivaliser avec les lasers C02 ou Er:YAG. Or, en raison de leur faible action épidermique, s’ils peuvent agir sur le remodelage dermique – avec un épaississement du derme, corollaire de l’augmentation et du réagencement du collagène dermique –, le teint terne et les lentigos solaires restent présents. Ce qui rend le résultat final incomplet, surtout dans le cadre d’une demande de photo-rajeunissement avec une héliodermie marquée [3].

Alors, quel intérêt y a-t-il à les combiner avec d’autres ondes électromagnétiques ?

Pour le teint, les lentigos solaires et l’héliodermie en général, il est vivement conseillé de les associer à d’autres sources comme le thulium, la lumière pulsée ou le laser déclenché à 532 nm.

Pour le thulium, le tir est couplé au 1 550 nm, ce qui évidemment fait gagner du temps, mais ne permet pas toujours de se focaliser sur les taches les plus rebelles. La lumière polychromatique pulsée permet, quant à elle, d’agir sur l’héliodermie, c’est-à-dire à la fois sur les fines télangiectasies et les lentigos les plus foncés. Enfin, le laser déclenché à 532 nm (le plus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire