Chirurgie plastique et esthétique : une et indivisible

1

La Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique est une spécialité dédiée au traitement des problèmes morphologiques et esthétiques. Parmi les spécialités chirurgicales, elle possède la particularité de fournir à chaque patient(e) une solution technique unique la plus appropriée. Le problème peut résulter d’une malformation congénitale, d’un accident, d’une maladie, d’un changement de poids, ou du processus de vieillissement. En chirurgie plastique, les solutions sont rarement basées sur des protocoles standardisés, mais varient souvent considérablement, de manière à ce que chaque intervention soit conçue pour traiter le problème spécifique de chaque patient. C’est sur ce point que le talent et l’expérience des meilleurs chirurgiens plasticiens et des meilleurs chirurgiens esthétiques permettent de donner la meilleure solution et le meilleur résultat pour chaque patient.

Chirurgie plastique et esthétique sont plus que jamais indissociables et indivisibles. Nous n’avons cessé de le proclamer à différentes tribunes, et cette conviction nous guide quotidiennement dans notre pratique clinique et dans nos responsabilités au sein des sociétés scientifiques. Le souci de l’esthétique doit en effet faire partie intégrante de tous nos actes de chirurgie réparatrice et reconstructrice. De la même façon, en chirurgie esthétique, il faut toujours garder une certaine idée de reconstruction, reconstruction de cet aspect esthétique idéal perdu ou souhaité. C’est dans cette approche de l’excellence, à la fois plastique et esthétique et du travail “sur-mesure”, que réside l’avenir de notre discipline avec le souci de donner le meilleur résultat possible pour chaque patient.

La chirurgie plastique est aussi unique dans le fait qu’elle n’a pas de barrière anatomique (il ne s’agit pas d’une chirurgie d’organe), dans notre investissement à donner nos meilleurs soins aux patients. La chirurgie plastique nécessite l’intervention et la manipulation de la peau, des tissus mous et des os, et cela de la tête aux pieds. Nous traitons la peau et ses structures sous-jacentes (graisse, glandes, os) sans limite anatomique, et nous sommes souvent appelés par les autres spécialités chirurgicales pour donner notre avis et collaborer pour les cas difficiles. Avec sa formation chirurgicale étendue et sa tradition d’innovation pour régler les problèmes les plus difficiles, le chirurgien plasticien peut être à la fois consulté par les patients et les collègues médicaux des autres spécialités pour tous les types de difformités congénitales ou acquises, sans limite de localisation, d’étiologie, ou de sévérité.

Du fait de cette diversité d’intérêt, les chirurgiens plasticiens travaillent[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

  1. Commentaire précédent parti trop vite et incomplet !

    Merci à  Emmanuel.
    Je partage totalement son point de vue.
    La spécialité est menacée comme jamais, un des axes de la menace est la séparation forcée de ces deux aspects de notre spécialité, par le biais cette taxe sur la medecine appelée “TVA sur les actes de chirurgie esthétique”.
    La séparation verbale ou textuelle que nous faisons quand nous parlons de chirurgie réparatrice ou de chirurgie esthétique a pour fonction de désigner, de pointer vers tel ou tel aspect de cette unité.
    Ainsi qu’ un enfant montrerait du doigt tel ou tel aspect d’ un être cher, il ne viendrait à l’ idee de personne de créer deux mamans, l’ une souriante et l’ autre agacée.

    Ainsi est-il necessaire de bien garder a l’ esprit que ce n’est pas parce qu’ on nous oblige a payer une taxe sur la medecine que nous sommes forcés d’ en accepter la qualification ou la signification.
    Il est utile d’ exprimer dans les devis, que nous contractons avec le patient en ce sens décrit par Emmanuel, notre paiement forcé ne signifiant pas adhésion à la thèse séparatiste imposée par la machine…celle qui avale Charlie Chaplin, dans « les temps modernes »

Laisser un commentaire