Humeurs

0

J’aime bien les pluriels ! Mais loin d’évoquer la célèbre théorie hippocratique, mon propos s’inspirera des miennes, bien modestes mais sincères…

Ma première humeur est une fierté, celle d’avoir exercé un métier passionnant au sein d’une communauté professionnelle riche de talents dont je suis heureux d’avoir partagé, par mes fonctions au sein de nos différentes instances nationales, les valeurs et les principes. Cette communauté a su au fil des ans forger des outils techniques, élaborer des règles d’exercice, stimuler recherches et progrès, former et éduquer des générations de chirurgiens dont la compétence est reconnue de tous. Elle a su en particulier réagir efficacement aux attaques et dénigrements divers venus notamment d’un système complexe et arrogant, qui regroupe la machine judiciaire et la jungle réglementaire. Tout cela me mettait de bonne humeur.

Ma seconde humeur sera l’agacement (le mot est faible…) devant les arcanes que ce système a bâti pour rechercher, à tout prix, la responsabilité du praticien lorsque l’acte de soins et ses résultats n’ont pas eu l’heur de plaire au patient, ne pouvant trouver la faute technique ou le manquement. On a donc “trouvé” le défaut d’information, ou l’insuffisance, conduisant à ce regrettable concept de “perte de chance”. On comprend que cela me mette de mauvaise humeur.

Très rapidement, conscientes de l’enjeu et soucieuses d’organiser au mieux la défense des confrères, les instances de la SoFCPRE ont réagi et, sous la houlette de Gérard Flageul secondé par toute une équipe de collègues, des contre-feux ont été mis en place. D’une part, en programmant des tables rondes et des sessions dédiées lors des Congrès nationaux où juristes spécialisés, assureurs et praticiens prodiguaient des conseils et proposaient des conduites à tenir. Et surtout, d’autre part, en rédigeant et diffusant des fiches d’information spécifiques à chaque type d’intervention, couvrant maintenant l’ensemble de notre spécialité. Elle est la pionnière dans ce domaine, imitée et suivie par d’autres spécialités. Ma bonne humeur est revenue !

Bien malheureusement, j’ai dû constater au fil des ans que, malgré ces outils remarquables fournis à nos collègues, le défaut ou l’insuffisance d’informations était encore trop souvent relevés lors des expertises, constat établi dans plus de 40 % des mises en causes. Ma bonne humeur s’est mise à pâlir… De par mes fonctions, je suis amené à connaître un nombre important de dossiers, et j’ai pu constater que la procédure, pourtant simple, de remise des fiches d’informations spécifiques et sa traçabilité étaient curieusement ignorées par nombre de nos collègues. Cela est d’autant plus navrant que les outils efficaces et scientifiquement labellisés sont d’un accès et d’une utilisation[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique, cabinet Branchet

Laisser un commentaire