Le point sur les double capsules

0

Deux types de texturation s’imposeront jusqu’à nos jours :

La texturation en lost salt, au cours de laquelle une fine couche de sel est appliquée contre la surface de l’implant, est utilisée avec des variations de pression sur la couche de sel par Arion, Sebbin et Allergan. Parmi ces implants, Allergan utilise la texturation Biocell qui est définie comme une macrotexture de par la taille de ses pores. L’adhérence est obtenue par la croissance du tissu capsulaire à l’intérieur de ces pores, ancrant ainsi l’implant au tissu mammaire environnant.

La texturation issue du moulage de l’enveloppe prothétique par une mousse texturée, soit la technique dit “impression en négatif”, notamment utilisée par Siltex de Mentor. Cette méthode donne une texturation moins agressive que celle des implants Biocell, mais ne permet pas d’obtenir un effet velcro.

Ces modifications, apportées à l’enveloppe prothétique, ont permis de réduire le taux de contracture capsulaire et dans certain cas d’améliorer la stabilité de l’implant. Cependant, la reconstruction prothétique demeure une chirurgie marquée par un fort taux de complications dont les plus fréquentes restent la contracture capsulaire et le déplacement secondaire. Le sérome tardif et la double capsule sont des complications récemment décrites, le plus souvent sur les prothèses macrotexturées.

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire