Traitement chirurgical de la pseudo-ptose en augmentation mammaire

0

Si on essaie de définir une pseudo-ptose, on ne parlera pas de mesures, mais plutôt d’une dysharmonie entre le contenant et le contenu du sein. Le mamelon dépasse rarement le sillon sous-mammaire et, a priori, la pose d’un implant mammaire pourra corriger la position du mamelon.

En pratique, la difficulté pour le chirurgien est de choisir un implant mammaire adapté afin d’assurer au mieux la correction de la ptose, mais aussi de rester dans les attentes de la patiente en termes de profil et de volume global de ses seins.

Cependant, l’incertitude de pouvoir corriger la ptose sans mastopexie impose au chirurgien le devoir d’informer la patiente d’une éventuelle mastopexie péri-aréolaire associée plus ou moins verticale.

Examen et choix de l’implant

La manœuvre de J. Tebbetts, qui consiste à positionner les mains sur la tête, s’est révélée fiable pour anticiper la future position du mamelon en verticalité une fois l’implant inséré (fig. 1). En effet, c’est grâce à cette manœuvre que, lors des dessins préopératoires, la future position du mamelon va déterminer la place du futur sillon sous-mammaire et donc la position verticale de l’implant. Ce simple test peut être réalisé en consultation.

>>> Si le mamelon remonte en position normale par rapport au sillon sous-mammaire, une mastopexie ne sera pas nécessaire (fig. 2).

>>> Si on note une sous-correction jusqu’à un centimètre, cela peut être rattrapable en trichant sur la position verticale de l’implant, à condition que le segment sous-aréolaire ne soit pas déjà trop allongé.

>>> Au-delà, on peut se préparer à la mastopexie ou à une technique de manipulations internes de la glande avec fixation au muscle.

Influence du choix de l’implant sur les capacités de correction

La projection reste un élément déterminant. C’est le push-up qui va projeter le sein et, par effet pendulaire, remonter le mamelon.

La forme de l’implant : un implant anatomique a un point de projection maximal se situant plus bas qu’un[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire