Pointes hyperprojetées

0

Analyse préopératoire

Selon la technique de Goode (fig. 1), la projection idéale de la pointe du nez doit être rapportée à la longueur du nez et à la projection des autres éléments du nez (dorsum et racine) ; mais elle doit également être mise en balance avec la projection des autres éléments du visage (front et menton). En effet, plus qu’une mesure absolue idéale de la projection de la pointe du nez, l’objectif sera d’obtenir un profil de visage harmonieux.

En outre, la projection de la pointe du nez devra également tenir compte du morphotype général du patient (sexe, taille…).

Enfin, et ceci est primordial, le chirurgien devra évaluer l’épaisseur de la peau du nez afin d’anticiper au maximum sa capacité de rétraction. En effet, si la réduction de la projection est supérieure à la capacité de rétraction de la peau, cette dernière n’est plus soutenue par les cartilages et reste donc sans forme, ronde, responsable du fameux “nez de corbin”. Ce risque est d’autant plus important que la peau est épaisse, que le recul de la pointe est important et qu’il est également associé à un affinement de la pointe de face.

Mécanismes de support de la pointe

1. Supports importants intrinsèques

Ils sont représentés par les cartilages alaires qui sont assimilés à un tripode (fig. 2) dont la longueur des piliers détermine la projection et la rotation de la pointe. Toute action de raccourcissement d’un ou de plusieurs piliers de ce tripode aura un effet immédiat et important sur la projection de la pointe et/ou sa rotation.

2.[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire