Toxine botulique dans le traitement de l’hyperhydrose axillaire

0

PhysiologieLa transpiration est produite par les glandes sudoripares apocrines annexées aux follicules pilosébacés localisées au niveau des aisselles. L’excrétion de la sueur est pulsatile, de 0,3 à 12 excrétions par minute. En cas d’hyperhydrose, les glandes sudoripares sont normales, mais leurs réponses aux stimuli sont excessives ; elles pourraient être dix fois plus élevées que la moyenne, jusqu’à 1 L/j [2].Les traitements à notre disposition sont très variés :-  les antitranspirants (sels d’aluminium) souvent très irritants ;-  la chirurgie (ablation des glandes sudoripares par lipoaspiration ou par voie ouverte, la sympathectomie transthoracique par voie endoscopique qui a tendance à être abandonnée) ;–  la toxine botulique.Mécanisme d’action de la toxine botuliqueLa toxine botulique, en bloquant la libération de l’acétylcholine, inhibe la contraction des cellules myoépithéliales entourant les glandes sudoripares, empêchant[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire