Innovation en reconstruction mammaire autologue microchirurgicale : du TUG au PAP

0

Le lambeau de choix pour une reconstruction mammaire autologue après mammectomie est le lambeau abdominal DIEP ; il est également le plus populaire à travers le monde. Cependant, il existe certaines situations qui rendent sa réalisation difficile, voire impossible (faible indice de masse corporelle, réseau perforant abdominal inexistant, antécédent de plastie abdominale ou de DIEP).

Le lambeau de gracilis à palette cutanée transversale haute (Transverse upper gracilis [TUG]) représente une excellente alternative [1, 2] ; mais la longueur du pédicule est courte (6-7 cm) [3], le volume du lambeau est relativement faible [4], et le site donneur peut se révéler irrégulier (muscle distal visible) [5].

Qu’est-ce que le lambeau PAP ?

C’est un lambeau perforant cutanéo-graisseux prélevé à la racine de cuisse postéromédiale. Il est basé sur les perforantes musculocutanées ou septo-cutanées provenant du pédicule fémoral profond. Il est décrit pour la première fois en 2012 par Robert J. Allen et appliqué à la reconstruction mammaire. [6] Les branches perforantes cheminent en arrière du muscle gracilis, et elles vascularisent le tissu cutanéo-graisseux situé en dessous du sillon sous-fessier “banane sous-fessière” [7]. Il représente une alternative très intéressante au lambeau TUG avec d’excellents résultats et une préservation musculaire garantie.

Quelles sont ses bases anatomiques ? Quelles sont les patientes éligibles ?

La face postérieure de cuisse est délimitée par le tractus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Blomet, PARIS.

Laisser un commentaire