La rhinoplastie par voie fermée : une méthode fiable toujours d’actualité. Partie II : cas particuliers primaires et rhinoplasties secondaires

0

Les cas particuliers primaires1. Les petits nezIls étaient à la mode il y a encore 20 ans. Aujourd’hui, on a plutôt tendance à ne pas trop raccourcir le nez.2. Les grands nezImpossible de faire un petit nez avec un grand nez. En effet, la surface cutanée conditionne la rétraction, plus elle est grande, moins elle se rétractera. Si la structure sur laquelle repose la peau est beaucoup plus petite, il va forcément y avoir inadéquation, donc effet de verre de montre. Comme il n’est pas admissible de retirer un excès de peau sur le nez, il faut juste être raisonnable et ne pas proposer un petit nez.3. La peau épaisseMême difficulté ici, avec en plus un problème au niveau de la pointe. Si la peau est épaisse, il sera en effet difficile de réaliser une pointe bien dessinée, “-nerveuse”, la peau masquant la structure sous-jacente. De plus, le cartilage est souvent paradoxalement fin or il faut impérativement le conserver le plus possible pour éviter une pointe ro[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire