Traitement du xanthélasma par laser déclenché (Q-switched) Nd:YAG 1064 nm

0

Le xanthelasma palpebrarum est une affection intéressant les paupières : c’est la forme de xanthome la plus répandue. Bien que le plus souvent associé à une hypercholestérolémie de type 2A, le xanthélasma peut se rencontrer chez des patients normolipémiques ; plus fréquent chez la femme, sa prévalence augmente avec l’âge.

Le plus souvent de distribution bilatérale, il se caractérise par le développement de placards jaunâtres liés à la présence de cholestérol dans le derme. Les lésions sont le plus souvent situées primitivement au niveau de la portion interne des paupières supérieures et inférieures. Sans retentissement pathologique réel, elles ont tendance à s’étendre vers l’extérieur et le canthus externe pour, dans des formes très évoluées, intéresser par coalescence toute la zone intra-orbitaire.

Histologiquement, les dermes moyen et superficiel contiennent des dépôts de cholestérol estérifié situés dans le cytoplasme de cellules histiocytaires disposées préférentiellement autour des lumières capillaires. L’épiderme en regard est normal.

Les traitements classiques du xanthélasma

L’extension et le caractère affichant du xanthélasma ont conduit à proposer de nombreux traitements, incluant la résection chirurgicale, les peelings au TCA, le laser CO2 en continu ou en mode impulsionnel, le laser Erbium :YAG ou encore le laser à colorant pulsé. Si les traitements chirurgicaux assurent un bon résultat lorsque la surface intéressée par les dépôts est peu importante et de disposition linéaire, ils trouvent leur limite avec des lésions étendues ou récidivantes. Les qualités plastiques de la peau palpébrale ne permettent pas -d’assurer des exérèses répétées sans induire une éversion en ectropion.

>>> L’utilisation des lasers photo-ablatifs, s’ils peuvent donner de bons résultats, laisse souvent des séquelles achromiques après la résolution de l’érythème cicatriciel. Celles-ci sont en fait rendues difficilement évitables du fait du mécanisme même d’élimination des lésions dermiques par lasers CO2, ou Erbium:YAG. En effet, l’ablation de la totalité du derme contenant les nappes de xanthélasma et la destruction des tissus jusque dans le derme profond, voire en sous-dermique,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire