Reconstruction du clitoris après mutilations sexuelles

0

Les différents organismes de santé souhaitent ardemment la fin de l’excision féminine. On estime entre 130 et 140 millions le nombre de femmes excisées dans le monde, dont 92 millions de femmes africaines. Les femmes excisées le sont souvent entre l’enfance et l’âge de 15 ans.Ce geste mutilant est pratiqué dans le monde entier, particulièrement en Afrique subsaharienne (Ouest, Est et Nord-Est), en Asie et au Moyen-Orient et encore actuellement en France et dans les autres pays européens, voire en Amérique du Nord (population issue de l’immigration). Les séquelles sont médicales, psychologiques et psychosexuelles [1, 3, 6]. Les complications post-excisions sont fréquentes à type d’infection (tétanos, bactéries, VIH) et d’hémorragies [4, 5]. Dans certains pays africains comme le Soudan où l’antibiothérapie est difficilement accessible, on estime à un tiers la mortalité post-excision.Nous nous intéresserons au type II de la classification des mutila[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire