Les cellules souches en cosmétologie et médecine esthétique et régénératrice

1

La peau contient plusieurs types de cellules souches dont la stabilité fonctionnelle est essentielle au maintien de la structure épidermique et au remodelage de la matrice dermique. De plus, les cellules souches permettent à la peau de répondre de façon adaptée aux agressions environnementales auxquelles elle est particulièrement exposée.Véritable pilier de la régulation de l’homéostasie cutanée, elles constituent une cible de choix pour des applications en cosmétologie et médecine esthétique et régénératrice.Différents types de cellules souchesLes cellules souches possèdent trois caractéristiques essentielles :– elles ont une durée de vie longue et persistent longtemps au sein du tissu dans lequel elles résident ;– elles s’auto-renouvellent, assurant le maintien d’un nombre constant de cellules souches ;– enfin, elles peuvent se différencier en cellules plus matures qui acquièrent une spécialisation fonctionnelle.C’est parce qu’elles se [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

  1. Une remarque, au sujet du lipofilling, la technique peut ne pas comporter de centrifugation mais juste une décantation.
    Faite sous anesthésie locale elle devient une technique de médecine esthétique et peut concurrencer les substances de comblement exogènes par la légèreté du geste. L’avantage en plus du comblement définitif est dans l’apport de cellules souches qui améliorent la texture cutanée au contraire des substances inertes qui n’ont aucun effet « régénérateur ».
    Pratiquant le lipofilling depuis les années 80, je suis ravi de le voir maintenant considéré comme une technique de choix après avoir été longtemps décrié.
    Lorsque vous dites, Docteur Zuliani, que la principale limitation de cette technique est la résorption du tissu réimplanté d’une façon imprévisible, vous semblez accréditer les critiques qu’on toujours mis en avant les fabricants de substances de comblement exogènes (collagène puis acide hyaluronique) dans leur désir d’éliminer un concurrent potentiel.
    En réalité, la prise des greffons graisseux est prouvée, régulière, et peut être très importante en quantité, puisqu’on arrive à faire des lipofillings des seins ou des fesses avec une augmentation significative de volume.
    Ce qui a pu être une limitation au développement du lipofilling du visage est plutôt lié à une déception subjective due à la sur correction nécessaire pour compenser la résorption prévisible d’une partie du volume greffé et de la réaction œdémateuse qui suit l’acte donnant un visage bouffi pendant quelques heures à un jour ou deux, suivi d’une résorption des oedèmes. Au cours de cette résorption des oedèmes, on passe par une phase où le visage est magnifique, sans une ride, mais la résorption des oedèmes continue et les rides réapparaissent, certes moins marquées qu’avant, celles qui ont été traitées, cette disparition réapparition fait que subjectivement il y a des déceptions. Ce re creusement des rides traitées, même si elles sont moins prononcées qu’avant est ressenti sur le plan subjectif comme un échec du traitement. De même le retour de certaines rides même dans des endroits non traités, qui avaient été effacées par l’oedème a un coté décevant qui dessert la technique si on ne prévient pas les patients. Le lipofilling se pratiquant bien avant que l’on sache que le tissu graisseux ainsi greffé contenait des cellules souches, certains auteurs, signalaient une amélioration tropique des zones cutanées traitée. Comme Monsieur Jourdain pour la prose, ils faisaient des injections de cellules souches sans le savoir. Quelle revanche pour le lipofilling si longtemps considéré comme inefficace et quelle chance pour les patients!
    dockcz

Laisser un commentaire