Cancérologie mammaire : quoi de neuf ?

0

Nouveautés en imagerie mammaire

L’imagerie mammaire est un domaine qui bénéficie du développement technologique récent des différentes modalités d’imagerie. L’objectif est d’améliorer la détection et la caractérisation des lésions mammaires, mais également d’optimiser le “staging” local en cas de malignité. Au cours de cet article, on discutera ces techniques et on présentera des cas cliniques.

1. L’élastographie

Dans le domaine de la sénologie, l’échographie mammaire se “diversifie” en offrant à présent la possibilité d’aller au-delà de la simple analyse morphologique avec l’élastographie. Cette technique analyse les différences d’élasticité des lésions dans le sein, les lésions malignes étant plus dures et moins déformables que les lésions bénignes. On peut distinguer deux types d’élastographie déjà commercialisés et disponibles actuellement :

>>> Elastographie statique : le radiologue repère la lésion en mode B et, à l’aide de la même sonde échographique, il exerce une compression extrinsèque régulière (toutes les secondes). Cela entraîne une déformation lésionnelle qui est affichée en temps réel sur une cartographie élasticité en noir et blanc ou bien en couleur. L’échelle de cartographie est graduant depuis une déformation minimale (tissu dur, peu compressible, potentiellement suspect), jusqu’à une déformation maximale (tissu souple et facilement compressible, donc probablement bénin). Cette technique nous procure de résultats qualitatifs ou semi-quantitatifs (fig. 1A et B) [1].

 

>>> Elastographie par ondes de cisaillement : le radiologue repère la lésion en mode B et ensuite bascule l’échographe en mode “cisaillement” tout en utilisant la même sonde. Ce système permet la propagation des ondes de basse fréquence qui engendreraient un minime déplacement lésionnel sous forme de “vibration locale” du tissu mammaire. A partir de la vitesse de déplacement, on peut calculer directement la dureté du tissu (exprimée en kPascal). Une cartographie couleur de l’élasticité est affichée en temps réel et des valeurs quantitatives peuvent être obtenues à l’aide d’un curseur ROI (région d’intérêt) placé dans la lésion (fig. 1C) [2].

L’utilité[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire