Toxine périoculaire : de l’expérience fonctionnelle aux subtilités de l’esthétique

0

L’injection de toxine botulinique représente une des méthodes les plus sûres et les plus satisfaisantes de réduction des rides. La toxine botulinique injectée de manière sélective dans les muscles faciaux permet la diminution temporaire de leur contraction et ainsi des rides statiques et dynamiques qu’elle peut entraîner.En 1981, le Dr Alan Scott utilise pour la première fois la toxine botulinique pour la prise en charge du strabisme. Après 1985, le blépharospasme essentiel puis l’hémispasme facial sont également traités par injection de toxine botulinique. Ce n’est qu’en 1992 qu’apparaît la prise en charge, à titre esthétique, des rides cutanées par injection de toxine botulinique.Le blépharospasmePour la région périoculaire, le blépharospasme est la pathologie la plus fréquemment traitée par injection de toxine botulinique. Cette affection est décrite en 1910 par Henri Meige, neurologue français, et son diagnostic est parfois difficile. Sa sympto[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Chirurgie orbito-palpébrale, Fondation Adolphe de Rothschild, PARIS. Centre d’Ophtalmologie Opéra, PARIS.

Laisser un commentaire